Communauté de Communes du Pays Noyonnais

AccueilRestez informésActualitésLes déviations noyonnaises : vers le désenclavement routier du territoire

Les déviations noyonnaises : vers le désenclavement routier du territoire

Publié le 7 octobre 2016
JPEG - 314.9 ko

Aux origines…

Ces projets routiers locaux, représentant un coût global de 13 millions d’euros pour la déviation ouest et de 102 millions d’euros pour la déviation Ribécourt-Noyon (financé aux deux tiers par le Département), sont une composante de la stratégie départementale de modernisation du réseau routier, élaborée par le Département en 2006.

Le réseau routier du Noyonnais fut qualifié comme désuet, ce qui représentait un véritable handicap pour le développement nécessaire du territoire. Dès 2007, une enquête publique fut donc enclenchée pour mettre en évidence les conditions de réalisation de la déviation Ribécourt-Noyon, premier maillon du désenclavement routier noyonnais, en le reliant à Compiègne en moins de 15 minutes et sa desserte de l’A1 en 20 minutes.

Mis à l’étude en 2011 dans le cadre du programme routier départemental sur 15 ans, par l’ancienne majorité départementale, dont Patrick Deguise fut en 2012 le vice-président chargé de la Voirie départementale et des infrastructures, le projet initial de déviation Ouest, mené de façon concertée avec les élus locaux (réunions techniques), devait permettre de connecter le Mont Renaud à la route de Roye (RD 934) après le pont du Canal du Nord.

Compte tenu des très fortes contraintes environnementales dues à la traversée de zones humides sensibles dans le tracé, cette déviation fut scindée en deux parties (la première partie étant beaucoup moins contrainte) pour ne pas retarder le projet. Ce délai permit la recherche de zones naturelles sensibles à sanctuariser en compensation des pertes engendrées (3 à 5 fois la surface de marais qui serait impactée par le tracé d’une route) par la nouvelle voirie reliant la RD934 à la RD932 près du campus économique Inovia.

L’enquête publique mise en place par le préfet de l’Oise a porté ainsi sur le tronçon entre le Mont Renaud et la RD 934 (route de Roye). Jeudi 8 septembre 2016, le Préfet de l’Oise a signé la Déclaration d’utilité publique qui autorise le lancement du projet et permet au Département de préparer l’appel d’offre pour la maîtrise d’œuvre de l’aménagement.

Une meilleure qualité de vie pour les habitants du Pays noyonnais

En plus du désenclavement routier, ce contournement de Noyon représente un véritable progrès pour les riverains des boulevards noyonnais qui sont empruntés chaque jour par 7 500 véhicules dont 750 poids lourds. La déviation Ouest limitera largement le nombre de véhicules empruntant le Faubourg d’Amiens (pour qui la nuisance actuelle est excessive à cause d’une voirie très contrainte), le boulevard Charmolue, l’avenue Jean Jaurès et la route du Canal du Nord. Ces trafics détournés profiteront au calme des riverains, notamment pendant le marché franc.

Cette déviation va également changer le quotidien des habitants du secteur Nord Est du territoire, de Guiscard et ses environs : un gain de temps considérable grâce au contournement de Noyon et une meilleure desserte pour les entreprises.

La déviation Ouest prévoit dans son tracé la réalisation d’un ouvrage d’art à proximité du rond-point de Larbroye pour éviter tout encombrement supplémentaire sur la route Noyon-Larbroye.

Le contournement de Noyon par des axes routiers modernes, un facteur d’attractivité

Disposer d’axes routiers modernes, reliés directement aux autoroutes et au futur canal Seine-Nord Europe s’inscrit dans une dynamique de développement du territoire. Capter des flux, en leur permettant une circulation rapide et fluide, est le premier moteur d’une attractivité efficace.

C’est également le premier critère d’installation pour les entreprises qui y voient un gage de mobilité facilitée en profitant d’un cadre de vie de qualité. Les entreprises s’implantent dans des territoires connectés, où la logistique est à moindre coût et où un développement local est envisageable.

Le désenclavement routier du Noyonnais, quelles perspectives ?

Le Département a souhaité conserver ce projet car il connecte directement un réseau routier moderne au futur canal Seine-Nord Europe et sa plateforme dont l’implantation est prévue sur la commune de Sermaize, pour offrir notamment une meilleure desserte des chantiers.

La déviation Ribécourt-Noyon quant à elle, sera mise en service fin 2017 et sa réalisation est déjà l’objet de nouvelles venues sur le territoire. Entreprises et familles seront directement reliées par voies rapides au bassin de vie compiégnois. Facilitant ainsi des trajets domicile-travail très contraignants au vu des 16 000 véhicules jour qui empruntent la D1032 par Chiry-Ourscamp.

Cette première déviation favorise déjà l’installation d’actifs des bassins de vie limitrophes sur le Noyonnais. Interrogés, ces derniers recherchent un parc foncier moins cher dans un cadre de vie agréable, où nombre de services à la population de qualité sont proposés par la Communauté de communes du Pays noyonnais.

Pour les jeunes actifs, de nombreux moyens de garde sont assurés sur l’ensemble du territoire, avec un excédent d’assistantes maternelles, des services de restauration scolaire et de périscolaire. Autant de facteurs qui contribuent directement à l’attractivité du territoire.

La réalisation de la déviation Ouest devrait ainsi avoir lieu dans les 3 à 5 ans à venir, coïncidant avec le lancement des travaux du Canal seine-nord Europe prévus entre 2018 et 2020. Remarquons ici qu’une préparation de chantier est souvent beaucoup plus longue que les travaux eux-mêmes.

JPEG - 2.8 Mo

« Illustration parfaite que des projets de développement économique ne se décrètent pas mais se construisent et prennent malheureusement beaucoup de temps pour des raisons juridiques, techniques et environnementales... Ces aménagements routiers, engagements tenus du Pacte d’avenir (160 engagements pour le renouveau), sont des projets essentiels pour notre territoire, qui favorise l’emploi des habitants du Pays noyonnais. »

Patrick Deguise
Maire de Noyon
Président de la CCPN

 Haut de page