Communauté de Communes du Pays Noyonnais

AccueilRestez informésActualitésLe projet d’extension du parc commercial du Mont Renaud

Le projet d’extension du parc commercial du Mont Renaud

Publié le 26 avril 2018

L’origine du projet

Le projet d’extension du parc commercial du Mont Renaud fait partie de l’ensemble des actions mises en œuvre par la CCPN afin de redynamiser l’offre commerciale dans le Noyonnais.

Le Mont Renaud est le premier pôle commercial du Pays noyonnais, avec près de 50 enseignes réparties sur un site d’environ 21 hectares. Il s’agit d’un parc commercial dynamique avec un taux d’occupation de 94%. La Communauté de communes du Pays noyonnais, compétente en matière de développement économique, recherche activement des porteurs de projet pour les trois locaux actuellement vacants dont l’architecture (superficie, configuration, etc.) restreint le type d’activités pouvant s’y installer.

Une étude d’opportunité réalisée fin 2015 a mis en évidence le manque d’enseignes en matière d’équipement de la maison, de culture et loisirs, ainsi que de prêt-à-porter, sur le Noyonnais, ce qui oblige les consommateurs à se déplacer jusqu’aux agglomérations voisines, générant des frais de déplacements. Par ailleurs, plusieurs porteurs de projet ont manifesté leur intérêt ouvrir une enseigne dans de nouveaux locaux. Or, le Mont Renaud ne peut plus accueillir de nouveaux magasins : plus aucun terrain n’est disponible à la vente.

Afin de maîtriser le développement commercial sur le site, dans un souci de complémentarité et de préservation des commerces de centre-ville existants, la communauté de communes a engagé un projet d’extension pour viabiliser de nouveaux terrains.

Le mot du président de la Communauté de communes du Pays noyonnais : « Si ce n’est pas la collectivité qui maitrise le développement commercial, et qui choisit les enseignes, cela se fera de manière anarchique, et forcement de manière très concurrentielle. Notre stratégie est de maitriser l’offre commerciale sur le Noyonnais pour trouver l’équilibre entre commerce de centre-ville et commerce du parc du Mont Renaud, entre espaces agricoles et développement économique. En partenariat avec l’association des commerçants du Pays noyonnais, la CCPN travaille à la mise en place d’une dynamique bénéficiant à l’ensemble du territoire et à ses habitants.  »

Périmètre du projet

  • Une première extension commerciale est prévue sur 8,5 hectares, au Sud-Ouest du parc existant
  • Les autres extensions, prévues sur 32,5 hectares, comprennent le projet de pôle aquatique et l’aménagement des berges du futur canal Seine-Nord Europe ainsi que de nouveaux lots commerciaux qui, eux, ne seront réalisés qu’une fois la première extension commerciale achevée.

Les procédures administratives engagées

Afin de réaliser le projet, le conseil communautaire a approuvé en 2016 le lancement de deux procédures d’aménagement :

  • Une zone d’aménagement concerté, destinée à garantir la qualité architecturale, urbaine et paysagère de toute nouvelles implantation sur le secteur, au-delà des prescriptions du Plan local d’urbanisme
  • Une déclaration d’utilité publique, nécessaire à la maîtrise foncière des parcelles concernées en cas d’échec des négociations amiables.

Ces procédures administratives nécessitent plusieurs années d’études et de concertation avec les services de l’Etat ainsi que les acteurs locaux (commerçants, agriculteurs, habitants, …), avant d’aboutir. De nouvelles réunions d’échange auront donc lieu au fur et à mesure de l’avancée du projet.

État d’avancement

Dans le cadre de la création de la zone d’aménagement concerté, une réunion publique a eu lieu en octobre 2016 et les études environnementales ont été réalisées tout au long de l’année 2017. Celles-ci feront l’objet d’une enquête publique environnementale au second semestre 2018, après instruction de la Direction régional de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL).

La demande de déclaration d’utilité publique est quant à elle en cours d’élaboration, en lien avec la préfecture de l’Oise. Les arrêtés préfectoraux seront normalement obtenus courant 2019. En attendant, la collectivité souhaite privilégier les négociations amiables en commençant à échanger avec les propriétaires fonciers et les exploitants agricoles dès cette année.

 Haut de page